Encres de tatouage et maquillage permanent

Les tatouages sont une forme populaire d’art corporel: 12 % des Européens en portent. Ils sont réalisés par l’injection d’encres colorées sous la peau pour obtenir un dessin permanent. Les risques sanitaires liés à l’utilisation d’aiguilles souillées pour injecter les encres sont déjà étudiés depuis un certain temps, mais il existe peut-être également des risques d’ordre chimique. Les encres pour tatouage et les maquillages permanents (encres pour eye-liners, par exemple) combinent plusieurs produits chimiques. Étant donné que ces produits chimiques peuvent rester dans le corps toute la vie, les personnes tatouées peuvent être exposées à long terme aux ingrédients potentiellement nocifs des tatouages et des produits de maquillage permanent. Ces produits chimiques sont susceptibles de provoquer des effets néfastes sur la santé, mais les conséquences de leur utilisation sont peu connues.

Que sont les encres de tatouage et le maquillage permanent?

Un tatouage est réalisé en introduisant une aiguille dans la couche extérieure de la peau et en injectant de l’encre dans la couche inférieure pour créer un dessin. Comme la couche superficielle de la peau, l’épiderme, se régénère constamment, l’encre est injectée dans la seconde couche, plus profonde, de la peau, à savoir le derme.

Le maquillage permanent est similaire à un tatouage, à la différence que le dessin est destiné à ressembler à du maquillage.

Pourquoi l’ECHA s’est-elle intéressée aux encres de tatouage et au maquillage permanent?

Les encres de tatouage et le maquillage permanent peuvent contenir des substances dangereuses qui provoquent ou sont soupçonnées de provoquer cancer, mutations génétiques, effets toxiques sur la reproduction, allergies ou autres effets préjudiciables chez les êtres humains et les animaux.

En raison du manque d’information sur les encres de tatouage et le maquillage permanent, la Commission européenne a demandé à l’ECHA d’évaluer les risques des substances contenues dans les encres de tatouage pour la santé humaine, et d’examiner la nécessité de restreindre leur utilisation à l’échelle de l’UE.

Dans son analyse, l’ECHA a non seulement étudié les risques pour la santé humaine, mais aussi la disponibilité d’alternatives plus sûres. Les incidences socio-économiques de la restriction de leur utilisation, par exemple sur les emplois dans les secteurs de l’industrie de transformation et des services, ont également été analysées.

L’ECHA a examiné les substances connues pour être utilisées dans les encres de tatouage et le maquillage permanent et susceptibles de nuire à la santé humaine, ainsi que les substances dont elle entend interdire l’utilisation à l’avenir. Une attention particulière a été accordée aux substances cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction, aux substances sensibilisantes et à d’autres substances mentionnées dans la résolution du Conseil de l’Europe sur les exigences et les critères d’innocuité des tatouages et des maquillages permanents.

En octobre 2017, l’ECHA a soumis, pour évaluation, une proposition de restriction aux comités d’évaluation des risques (CER) et d’analyse socio-économique (CASE). Les travaux de l’ECHA s’inspirent de précédents rapports produits par la Commission européenne et le Conseil de l’Europe.

Comment les encres de tatouage et le maquillage permanent sont-ils réglementés dans l’UE?

Il n’existe pas de législation spécifique à l’échelle de l’UE, mais sept États membres ont élaboré leurs propres lois en s’inspirant de la résolution du Conseil de l’Europe sur les exigences et les critères d’innocuité des tatouages et des maquillages permanents (2008) ou de la résolution précédente (2003). Les encres de tatouage sont par ailleurs couvertes par la directive relative à la sécurité générale des produits (interdiction aux fabricants de fournir des produits dangereux), le règlement relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage ou règlement CLP (étiquetage des produits qui contiennent des substances classées au-delà des limites de concentration), et le règlement REACH (exigences relatives à l’enregistrement et apport d’informations).

Étant donné que de nombreuses substances dangereuses peuvent être présentes dans les encres de tatouage ou le maquillage permanent en petites quantités, les obligations relevant des règlements CLP et REACH ne s’appliquent pas nécessairement.

Quelles sont les obligations actuelles des utilisateurs en aval et des fournisseurs dans la chaîne d’approvisionnement des encres de tatouage et du maquillage permanent?

Les utilisateurs en aval (y compris les formulateurs de mélanges) ont des devoirs spécifiques découlant du règlement REACH en ce qui concerne les encres de tatouage ou de maquillage permanent qu’ils fabriquent. Les formulateurs d’encres de tatouage doivent identifier les ingrédients de leurs produits pour les fabricants et les importateurs, afin qu’ils puissent être pris en compte dans toutes les exigences relatives à l’enregistrement. Si les déclarants n’ont pas couvert l’utilisation des substances dans les encres de tatouage, et si les formulateurs utilisent une substance dangereuse enregistrée à hauteur d’une tonne ou plus, les utilisateurs en aval doivent effectuer une évaluation de la sécurité chimique pour montrer que la substance peut être utilisée en toute sécurité dans les encres de tatouage et le maquillage permanent.

De plus, une entreprise qui vend des substances ou des mélanges dangereux à une autre entreprise doit transmettre à l’acheteur une fiche de données de sécurité sur le produit concerné. Cette fiche donne des conseils sur l’utilisation sûre de la substance, fournissant des informations sur les propriétés de la substance ou du mélange, les risques et les instructions relatives à la manipulation, à l’évacuation et au transport, ainsi que des recommandations sur les premiers secours, la lutte contre l’incendie et le contrôle de l’exposition.

Les fabricants de substances individuelles, dans des quantités égales ou supérieures à une tonne par an, doivent respecter les obligations de REACH: la substance chimique doit être enregistrée auprès de l’ECHA, et la demande d’enregistrement doit s’accompagner de données sur les propriétés dangereuses de la substance. L’ECHA peut ensuite prendre des mesures pour contrôler l’utilisation du produit chimique s’il est dangereux. Cette réglementation s’applique à tous les produits chimiques, et pas seulement à ceux qui sont utilisés dans les encres de tatouage et le maquillage permanent.

En outre, l’utilisation de produits de protection dans les encres de tatouage est soumise au règlement relatif aux produits biocides (RPB). Seules les substances actives concernées par le programme de réexamen des produits biocides, ou approuvées, pour le type de produits 6: «Produits de protection utilisés à l’intérieur des conteneurs» peuvent être mises à disposition sur le marché et utilisées dans l’UE par des fabricants d’encres de tatouage établis dans l’Union. Les produits de conservation qui répondent à l’un des critères de restriction ne seraient pas autorisés dans les encres de tatouage si la restriction entrait en vigueur comme proposé.

Enfin, les fabricants, les importateurs et les utilisateurs en aval doivent classifier les substances et les mélanges en fonction des critères du règlement CLP et veiller au respect des exigences en matière d’étiquetage et d’emballage pour les produits chimiques dangereux. Une notification à l’ECHA est requise pour chaque substance classée comme dangereuse et mise sur le marché, telle quelle ou dans un mélange.

Ces avis scientifiques des comités, accompagnés des documents de référence, sont envoyés à la Commission européenne et publiés sur le site web de l’ECHA. Dans un délai de trois mois, la Commission européenne produit un projet de décision portant restriction ou non de l’utilisation des produits chimiques. Si la décision est favorable à une restriction, elle entrera en vigueur à la suite de consultations avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC), d’un vote des États membres de l’UE et d’un examen minutieux du Conseil européen et du Parlement européen.

Dois-je m’inquiéter au sujet de mes tatouages?

Si la Commission conclut à la nécessité d’une restriction, il sera certainement judicieux de discuter avec votre tatoueur avant d’envisager de nouveaux tatouages. Le tatoueur doit acheter ses produits auprès d’une source qui respecte le règlement REACH et doit être capable de vous décrire les substances chimiques qu’il injecte dans votre peau.

Si vous avez des inquiétudes au sujet de vos tatouages actuels, vous pouvez demander conseil à votre médecin à ce sujet. Si vous envisagez de retirer un tatouage, vous devez prendre en compte le fait que l’élimination au laser est une procédure au cours de laquelle les pigments et les autres substances sont décomposés en particules plus petites. Ces particules peuvent inclure des substances chimiques nocives, qui sont alors libres de circuler dans votre corps.

Si vous souhaitez vous faire faire un nouveau tatouage, ne limitez pas vos recherches au talent des artistes tatoueurs et aux mesures qu’ils prennent pour éviter les infections, mais intéressez-vous également aux encres de tatouage qu’ils emploient. Recherchez tous les renseignements utiles, et n’ayez pas peur de poser des questions!

Les tatoueurs doivent être capables de vous donner des informations complètes sur les encres utilisées, y compris des détails sur leur provenance, les risques éventuels pour la santé, et le respect des lois et réglementations concernés.

À titre d’exemple, vous devriez être capable de retrouver l’origine des encres (jusqu’à un vendeur fiable), ou de vérifier la conformité des produits avec la législation nationale actuelle (en place en Allemagne, en Belgique, en Espagne, en France, au Liechtenstein, en Norvège, aux Pays-Bas, en Slovénie et en Suède) ou avec les recommandations de la résolution du Conseil de l’Europe sur les exigences et les critères d’innocuité des tatouages et des maquillages permanents.

Vous avez aussi la possibilité de vérifier sur le système d’échange rapide sur les produits dangereux de l’UE (RAPEX) quelles encres ont été signalées comme présentant de graves risques dans le passé, ou de contacter votre agence nationale chargée d’appliquer la législation sur les substances chimiques et les encres de tatouage.

Il peut également être utile de conserver une trace de l’encre de tatouage utilisée, au cas où vous développiez une réaction ne relevant pas du processus de cicatrisation normal. Contactez immédiatement votre médecin en cas de problème de santé ou si vous souffrez de symptômes qui semblent sortir de l’ordinaire.

Further information
ECHA
European Commission
External links